UN/ONU
Française

A TRIBUNAL IN GENEVA FOR UN STAFF MEMBERS

VÍCTOR RODRÍGUEZ, REGISTRAR, FANNY MARTIN, LEGAL OFFICER, UNITED NATIONS DISPUTE TRIBUNAL IN GENEVA

Judge Thomas Laker, Mr. Víctor Rodríguez, and Judge Jean-François Cousin

Since 1 July 2009, current and former United Nations staff members whose duty station is or was located in Europe or part of Western Asia (including Armenia, Azerbaijan, Georgia, Russia and Turkey) and who wish to challenge administrative decisions affecting their rights can address their claims to the Dispute Tribunal in Geneva. The Tribunal has jurisdiction to hear and determine disputes concerning a wide range of matters, including promotions and career progress, disciplinary measures, separation, benefits and entitlements, harassment complaints, etc. Among the remedies the Tribunal may order are the rescission of an unlawful decision and financial compensation for both material and moral damage suffered. The Tribunal may also issue any order which it deems appropriate (such as an order to suspend a specific action and/or decision, an order to call witnesses or disclose documents, etc.) for the fair and expeditious disposal of a case.
The Dispute Tribunal was established by the General Assembly as a result of a long awaited reform of the administration of justice within the Organization, which ultimately led to the introduction of a two-tiered judicial system. Under the new system, the Dispute Tribunal is the first instance court, whilst the Appeals Tribunal is the appellate court reviewing appeals against judgments rendered by the Dispute Tribunal.
In order to fulfill its mandate, the Dispute Tribunal is supported by three Registries, respectively established in Geneva, Nairobi and New York, and composed of eight Judges, three of which were elected temporarily to assist in handling the backlog of cases transferred from the Joint Appeals Boards, Joint Disciplinary Committees and former United Nations Administrative Tribunal. Judge Thomas Laker and Judge Jean-François Cousin operate at the Geneva Registry of the Tribunal.
Several core principles underpin the mandate and activities of the Dispute Tribunal. Professionalism is the first of these principles. Judges must possess at least ten years of judicial experience in the field of administrative law, and indeed all of them have held judicial offices in their respective countries. Their legal expertise and the fact that they are appointed by the General Assembly are the best guarantee of the independence of the Tribunal, which constitutes another core principle governing its activities. Transparency is also key to the work of the Tribunal, whose hearings are held in public, unless exceptional circumstances require otherwise, and whose judgments are available on the Tribunal’s website (http://www.un.org/en/oaj/dispute/) immediately upon their delivery.
In adjudicating matters, the Judges of the Tribunal have striven to dispense justice promptly. Out of the 588 cases received between 1 July 2009 and 31 December 2010, 329 cases have been disposed of by the Tribunal, 156 of which were determined by the Geneva Judges. Currently, staff members can expect their case to be processed within less than a year. This being said, the expeditiousness of proceedings will largely depend on the decision which will be taken by the General Assembly in the second half of 2011 to either maintain or reduce the number of Judges and their support staff. The procedure before the Tribunal is governed by the provisions of its Statute and Rules of Procedure, which can be downloaded from its website (http://www.un.org/en/oaj/dispute/reference.shtml). A current or former staff member who wishes to contest an administrative decision before the Tribunal must, as a first step, submit to the Secretary-General a request for management evaluation of the contested decision within 60 days from the date of notification of the decision. Within 90 days from the receipt of the Administration’s response to the request for management evaluation (or, where no response was received, within 90 days after the expiry of the response period), an application may be filed with the Tribunal.
While staff members may hope in some cases to reach an informal agreement with the Administration, it is in their interest to submit an application to the Tribunal within the prescribed time limits in order to preserve their rights. Should an amicable settlement be reached at a later stage during the proceedings, it will remain open to them to withdraw such application.
The Tribunal is easily accessible, since applications can be filed electronically and all communications can be by email. Its proceedings are free of charge. For the sake of convenience, application forms specifying the required information and documents to be submitted are available online (http://www.un.org/en/oaj/dispute/forms.shtml). Applicants may choose to be selfrepresented or to seek free legal assistance through the Office of Staff Legal Assistance (http://www.un.org/en/oaj/legalassist/). They may also choose to be represented by a current or former staff member, or a legal counsel authorized to practice law in a national jurisdiction. Since its inception, the Dispute Tribunal has built up a body of innovative and authoritative case law, which should positively impact on managerial decisions and provide adequate guidance to both the Organization’s staff and management.

 

UN TRIBUNAL A GENEVE POUR LES FONCTIONNAIRES DES NATIONS UNIES

VÍCTOR RODRÍGUEZ, GREFFIER, FANNY MARTIN, JURISTE, TRIBUNAL DU CONTENTIEUX ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES A GENEVE

Depuis le 1er juillet 2009, les fonctionnaires en activité ainsi que les anciens fonctionnaires des Nations Unies dont le lieu d’affectation est ou était situé en Europe ou dans certains pays d’Asie de l’Ouest (Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Russie et Turquie) et qui souhaitent contester des décisions administratives affectant leurs droits peuvent saisir le Tribunal du contentieux administratif à Genève. Le Tribunal est compétent pour connaître des litiges ayant trait à des questions aussi diverses que les promotions et progressions de carrière, les mesures disciplinaires, les cessations de service, les prestations et avantages, les plaintes pour harcèlement, etc. Au titre des mesures que peut ordonner le Tribunal figurent l’annulation d’une décision illégale et l’octroi d’une indemnité en réparation des préjudices matériel et moral subis. Il peut ordonner toute autre mesure qu’il estime appropriée (par exemple la suspension d’une mesure ou d’une décision, la citation à comparaître d’un témoin ou encore la communication de documents) en vue de juger équitablement et rapidement l’affaire.

Le Tribunal du contentieux administratif a été établi par l’Assemblée générale dans le cadre de la réforme de l’administration de la justice qu’elle a entreprise au sein de l’Organisation. Cette réforme, attendue de longue date, a conduit à l’adoption d’un système judiciaire caractérisé par un double degré de juridiction. Dans ce nouveau système, le Tribunal du contentieux administratif constitue la juridiction de première instance et le Tribunal d’appel est l’instance compétente pour connaître des appels formés contre les jugements du Tribunal du contentieux administratif.

Afin de remplir son mandat, le Tribunal du contentieux administratif est assisté par trois greffes qui sont basés respectivement à Genève, Nairobi et New York. Le Tribunal est composé de huit juges, dont trois ont été élus de manière temporaire afin de traiter l’arriéré des affaires transférées depuis les commissions paritaires de recours, les comités paritaires de discipline et l’ancien Tribunal administratif des Nations Unies. Les juges Thomas Laker et Jean-François Cousin siègent tous deux à Genève.

Le mandat et les activités du Tribunal du contentieux administratif reposent sur plusieurs principes essentiels. Le professionnalisme est le premier d’entre eux. Les juges doivent posséder au moins 10 années d’expérience judiciaire en droit administratif, et tous ont occupé des fonctions judiciaires au sein de juridictions nationales dans leurs pays respectifs. Leurs compétences juridiques et leur désignation par l’Assemblée générale constituent la meilleure garantie de l’indépendance du Tribunal, laquelle constitue un autre principe essentiel qui sous-tend ses activités. La transparence est également un élément clé du travail du Tribunal dont les audiences sont publiques, à moins que des circonstances exceptionnelles ne le permettent pas, et dont les jugements sont disponibles dès leur prononcé sur le site internet du Tribunal (http://www.un.org/fr/oaj/dispute/).

Dans le cadre de leur mission judiciaire, les juges se sont astreints à une exigence de célérité. Sur les 588 dossiers reçus entre le 1er juillet 2009 et le 31 décembre 2010, 329 affaires ont été traitées par le Tribunal, dont 156 par les Juges en poste à Genève. A l’heure actuelle, les fonctionnaires peuvent s'attendre à ce que leur affaire soit jugée dans un délai de moins d’un an. Cela étant, la célérité des procédures dépendra dans une large mesure de la décision que prendra l’Assemblée générale dans la seconde moitié de l’année 2011 de maintenir ou, au contraire, de réduire le nombre de juges et les effectifs qui leur sont attachés.

La procédure devant le Tribunal est fixée par ses Statut et Règlement de procédure, lesquels peuvent être téléchargés sur le site internet du Tribunal (http://www.un.org/fr/oaj/dispute/reference.shtml). Un fonctionnaire en activité ou un ancien fonctionnaire qui souhaite contester une décision administrative devant le Tribunal doit dans un premier temps présenter au Secrétaire général une demande de contrôle hiérarchique de la décision contestée dans les 60 jours suivant la notification de ladite décision. Dans les 90 jours suivant la date de réception de la réponse de l’Administration (ou, en l’absence d’une réponse, dans les 90 jours suivant l’expiration du délai pour soumettre cette réponse), une requête peut être déposée devant le Tribunal.

Même si le fonctionnaire espère qu’un accord peut être obtenu avec l’Administration sur la question en litige, il est de son intérêt de présenter sa requête au Tribunal dans les délais ci-dessus pour préserver ses droits car rien n’empêche qu’il se désiste de sa requête si un accord amiable intervient par la suite.

Il est très simple de s’adresser au Tribunal. Les requêtes peuvent être déposées par voie électronique et toutes les communications se font par courrier électronique. Sa procédure n’entraîne en principe aucun frais et, par souci de simplicité, des formulaires de requête sont disponibles en ligne (http://www.un.org/fr/oaj/dispute/forms.shtml), qui précisent les champs devant être remplis ainsi que les documents devant être joints à la requête. Les requérants peuvent faire le choix de se représenter eux-mêmes ou de solliciter l’assistance gratuite du Bureau d’aide juridique au personnel (http://www.un.org/fr/oaj/legalassist/). Ils peuvent également choisir de se faire représenter par d’autres fonctionnaires en activité ou retraités, ou encore par un conseil habilité à exercer devant une juridiction nationale.

Depuis sa création, le Tribunal du contentieux administratif a façonné un corpus jurisprudentiel à la fois audacieux et solide, qui devrait avoir un impact positif sur les décisions de l’Administration et fixer des règles de conduite adéquates tant pour le personnel que l’Administration.

 
© 1949-2011 UN Special